EuroVelo 3

EuroVelo 3 – version Française

Une inauguration décevante

Reportée à plusieurs reprises, l’inauguration de  l’EV3 a enfin eu lieu le 1er juin à Bobigny sur la voie verte du canal de  l’Ourcq. Il est troublant qu’une telle cérémonie annonciatrice de nouveauté  ait eu lieu sur une infrastructure de trente ans d’âge, même si celle-ci a  été améliorée depuis. Cette situation symbolise la fragilité et la faiblesse de l’engagement  public en faveur de cette eurovéloroute, particulièrement en Ile-de-France, région très en retrait du mouvement général constaté dans les territoires en faveur des véloroutes et voies vertes.

Les interventions ont été faites successivement par Stéphane Troussel, président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis,  Christophe Najdovski président de la Fédération européenne des Cyclistes  (ECF) et adjoint au maire de Paris chargé de la mobilité et Stéphane Beaudet  vice-président du conseil régional d’Ile-de-France chargé de la mobilité et  à ce titre chef de file national du comité de pilotage de la Scandibérique.  Une petite cinquantaine de personnes étaient présente, quelques rares élus,  des techniciens des collectivités locales, des militants associatifs. Si  Christophe Najdovski a souligné l’action de CyclotransEurope dans son  discours et qu’un encadré figure en bonne place dans le dossier de presse,  Philippe Bernard, président d’honneur de l’association, n’a pas été invité à  intervenir. A part ça, on a bien mangé, il faisait beau, les élus ont donné  quelques coups de pédale à vélo. 

Mais l’essentiel, c’est  que cette inauguration n’a eu que peu d’échos. Aucune radio, ni télévision et très peu de reprises sur le web et les canaux numériques.  Le quotidien francilien Le Parisien sera le seul média à publier un article dans son édition  départementale. Il faut aller dans les Landes pour trouver un ensemble d’actions  de promotion enthousiasmantes de la Scandibérique. Ailleurs, c’est un silence  incompréhensible de la part de territoires et de villes majeures traversées par l’itinéraire. On cherche encore la dynamique présente dans d’autres grands itinéraires qui pourtant partaient de loin en termes de notoriété comme la Viarhôna ou la bucolique Vélo Francette ! A quoi sert le COPIL EV3 s’il n’est pas en mesure de  coordonner une action de promotion nationale de l’eurovéloroute ? Cette  opération locale n’a aucunement répondu aux enjeux de mise en tourisme de  l’EV3. On sait qu’il ne suffit pas de construire des infrastructures s’il y  a pas des actions déterminées pour les faire connaître.

A la décharge des prestataires de communication, le délai imparti pour lancer l’opération était particulièrement réduit, avec un marché attribué à un des candidats quelques semaines auparavant ! L’agence a dû relevé le défi pour mettre en place cette manifestation et développer les outils de communication (dépliants, banderoles, site internet, page Facebook, dossier de presse…). Si le challenge a été relevé, il faut constater que le  site Internet officiel reste à l’état de vitrine et n’est toujours pas disponible pour organiser pratiquement une escapade sur le parcours. Heureusement, pour les cyclistes, il y a celui de l’association  pour les guider et les informer.

Alors qu’il s’agissait de  l’inauguration d’une véloroute européenne, on a pu que constater l’absence  des représentants de l’Etat. On peut espérer que le Plan vélo attendu ce  mois-ci signera le retour de l’Etat dans la mise en œuvre du programme des  véloroutes et voies vertes. Heureusement, les collectivités et acteurs du monde du tourisme n’ont pas attendu cette perspective pour développer des outils de promotion avec le portail France Vélo Tourisme et le développement du label Accueil Vélo. Au fait, en Ile-de-France, combien de lieux labellisés ? La réponse est trois. Pas besoin de commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *